Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2006 3 01 /03 /mars /2006 07:40
Pétition. « Défense de la Liberté et de la laïcité : Manifestons-nous sans tarder ! »
 
Cette histoire des caricatures sataniques ne devrait pas nous faire perdre de vue certains fondamentaux. Ainsi le Réseau Info Impartiale lance-t-il une pétition pour le ressaisissement des consciences menacées par une forme « moderne » (toujours la même, bien sûr) de « religieusement correct ». Voici le texte de cette pétition, avec l’accès au formulaire de signature.


« Profitant de l’affaire des caricatures, des islamistes ont engagé une bataille pour le rétablissement du délit de blasphème. Un très grand nombre de représentants cléricaux leur ont emboîté le pas. Derrière cette question, ce sont les libertés fondamentales – dont la liberté de la presse – qui sont menacées.

« Le délit de blasphème signifie l’interdiction de toute remise en question des dogmes religieux et donc de toute expression critique non confessionnelle. C’est la censure ecclésiastique que réclament dans un même élan imams, évêques, pape ou rabbins. Autant demander immédiatement une presse soumise aux dogmes religieux et des journalistes aux ordres ! Dans notre pays où la laïcité a été arrachée de longue lutte comme une des conquêtes démocratiques permettant la vie commune, la menace totalitaire qui se profile signifierait un recul de plus deux cents ans.

>>
« Cette menace est sérieuse. Les propos de responsables politiques de premier plan sont inquiétants. Le président de la République comme le Premier ministre acceptent la remise en cause de la presse et de la liberté d’expression. Le ministre de l’Intérieur fait preuve de complaisance à l’égard de responsables religieux en tout genre et défend de plus en plus clairement une conception communautariste de la société. Les responsables politiques de gauche sont pour l’essentiel silencieux et lorsque certains de second plan prennent la parole, comme le responsable du MRAP, c’est pour réclamer une loi contre l'islamophobie, le rétablissement du délit de blasphème, et la poursuite devant les tribunaux des journalistes de France-soir et de Charlie Hebdo pour incitation à la haine raciale.

« Passivité et soutien aux protestations islamistes au nom du délit de blasphème ignorent la persécution dont sont victimes à l’étranger de nombreux journalistes et intellectuels.

« La liste est longue.

« - Treize publications ont été fermées définitivement ou temporairement en Algérie, au Maroc, en Jordanie, au Yémen, en Malaisie ou en Indonésie, pour avoir reproduit les caricatures du prophète.
« - Bachir Larabi, journaliste, s’en est allé rejoindre derrière les barreaux Mohamed Benchicou, enfermé depuis 19 mois et seize jours dans une cellule d’El-Harrach. 18 journalistes au moins, condamnés à la prison ferme courant 2005, risquent, à leur tour, d’être embastillés à tout moment…
« - Nabil el-Fayadh chercheur et écrivain syrien arrêté à Damas par les services de renseignement.
« - Mohamed el-Harbi enseignant saoudien, après avoir subi 750 coups de fouet, vient d’être condamné à 3 ans et 4 mois de prison pour « atteinte à l’intégrité de l’Islam »…
« - Ahmed el-Baghdadi, enseignant koweitien, arrêté pour « dévalorisation de la religion »…
« - Des journalistes danois sont l’objet d’une fatwa et leurs jours sont en danger.
« - Sans parler du nombre d’assassinés, d’exilés, de persécutés…

« Alors qu’ici même des journalistes sont menacés, nous affirmons notre attachement à la laïcité républicaine en France. Nous exigeons la libération de tous les journalistes et intellectuels emprisonnés et la fin des poursuites qui les frappe. C’est le même combat. Nous exigeons des autorités de l’État qu'elles ne cèdent aucun compromis vis à vis de l'application pleine et entière de la laïcité républicaine, pas plus en paroles qu'en actes. Nous en appelons à tous les citoyens pour que notre voix se fasse entendre en France comme à l’étranger, et que la défense des libertés fondamentales, dont la liberté de la presse, ne soit pas un vain mot ! »

 
Comité de rédaction: Marie-Jo CLOISEAU, Denis COLLIN, Jacques COTTA, Pierre DELVAUX, Christophe MIQUEU, François SAUTEREY, Jean-Marc SURCIN, Alain VERNON.


Partager cet article

Repost 0

commentaires