Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2005 6 16 /04 /avril /2005 22:00

Chier en plein air, quelle affaire !

Ah ah ! Il n’y aurait pas que le pognon et le cul qui vous intéressent, la merde aussi donc. ;-) Cet article de Libé [16/04/05] part d’un bouquin d’une Américaine consacré à l’essentielle question et intitulé «Comment chier dans les bois» – et en plein air en général (Kathleen Meyer, chez Edimontagne). Le livre datant 1989, édité en France en 2001, on en déduira que l’auteure de l’article, Marie-Dominique Arrighi, n’a pas été saisie à son sujet d’une pressante envie d’écrire. Certes, le sujet demeure d’une universelle permanence.



Mais ne faisons pas le dégoûté à l’heure où la pratique de la rando ressurgit comme les iris du printemps. D’ailleurs, à ce propos, même en retard et avec des giboulées de mars en avril – et de la neige sur le Luberon! –, la saison du renouveau est bel et bien là. Je m’en faisais la réflexion in petto tout à l’heure, gambadant pédibus vers la Victoire (Sainte) et ses terres sublimes constellées de violets et jaunes iris (ma photo-témoin, prise au portable…)

.

Sans parler de cette alouette piaillant de plaisir, enivrée, jouant au yoyo entre les bourrades du mistral. Un vrai et pur symbole d’élévation… Tandis que cet article, taraudant, me ramenait sur le plancher des vaches, là où ça bouse, ça crotte, ça chie. A cause de ces quelques lignes a priori anodines, rien ne serait plus vraiment comme avant.

Avant, ben oui quoi, je me choisissais un coin à l’écart, sympa, confortable, discret à la fois. Et, sans plus de questions, j’y allais. En confiance, croyais-je, comme pour des milliers de générations avant moi, en un même geste ancestral. Inconscient, va ! Ainsi n’ai-je jamais respecté cette injonction de touiller sa merde pour s’assurer d’une décomposition réussie. « Utilisez un petit bâton, recommande le bouquin, un truc que vous pouvez laisser dans le trou, plutôt qu’un outil à remettre à la ceinture ». Quel outil? Je m’ demande bien. Encore un coup d’Amerloque pour nous en boucher un coin. Ils sont tellement obsessionnels de la merde, là-bas aux States, dirait-on, que les touristes qui défilent au Grand Canyon doivent signer un engagement écrit selon lequel ils feront dans des bidons obligatoires. Carton de lait et scotch peuvent convenir. Les bols tupperware aussi, mais au risque d’une explosion du couvercle en cas de surchauffe du méthane. Elle raconte tout ça, la Kathleen.

Autre question prégnante : celle du PQ. L’enfouir avec le reste ? Surtout pas !, ordonne la papesse du bien chier. Sauf si c’est du bio (dégradable), à 3,50 euros les deux rouleaux [au Vieux Campeur], ce qui incite à l’économie, voire à l’avarice. D’ailleurs, on est bien là au cœur du sujet : la merde et l’argent, c’est kifkif disent les psy – l’odeur en moins. Là, on s’égare. Donc le PQ ? Le brûler, dit-elle. Ah ouais ?; et les risques d’incendie, et la couche d’ozone ? Bien, alors y a pas à tortiller (du cul): tout rapporter à la maison. Et là, procédure habituelle, les stations d’épuration se démerderont.

Problème aussi en zone froide, et en particulier en altitude : pas ou peu d’activité bactérienne. Quasiment les merdes éternelles. « Sur l’Everest, depuis une dizaine d’années, les grosses expéditions sont astreintes à redescendre leur merde », dit le bouquin. Ce qui ne fait que déplacer le problème à Katmandou. Comment on dit merde déjà, là-bas ? Ah oui : shit.

En tout cas, et ça nous ramène au fric : à un million et demi d’exemplaires, son bouquin est devenu un best-seller mondial. En France, il est à 11 euros les 140 pages. S’emmerde pas. Avec ce que j’en dis ici – gratos –, on doit pouvoir s’en passer. Et, mine de rien, dans son coin, pénard, chier sans se faire chier.

Note de l’auteur : en parler sans détour et sans en… faire des kilos. Une gageure.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Enotero 18/04/2005 22:44

Une voisine d'Overblog (mais qui hélas laisse son blog "Fratermonde" en friche)

gérard ponthieu 18/04/2005 15:08

Mais qui c'est donc "la dame" ?!

Charentes-Poitou 17/04/2005 23:46

Tiens tiens, tu sèmes à tout vent semble-til... ;-)

Une dame qui vous veut du bien...