Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2006 6 18 /11 /novembre /2006 18:19
De la médiachose et encore pire, plein mon cabas

Samedi, marché, place village. Poires, poireaux, courges, petit chèvre, poulet rôti. Et canards plumitifs chez le tabac-journaux. Pas La Provence, l'ai déjà dit maintes fois, cause de la vente forcée de papier « bonne femme » et programmes télé. J'ai tout ça à la maison (les papiers) et ne supporte pas qu'on me force le porte-monnaie. Donc, je prends Libé, parfois Marianne (pas quand ils négligent de passer un de mes reportages, au frigo depuis plus d'un mois), et ce coup-ci Courrier international, forcément, puisqu'il me racole avec sa couv' « Aix et la Provence vues par la presse étrangère ».

Le Monde, pas la peine, il m’attend dans l’ordi, depuis que j’ai réduit la voilure papier ; j’apprivoise la médiachose, conformément à mes prévisions [sous la plume d’un certain John MacGregor, cliquer pour lire, comme dans le nouveau Monde] ; donc je reçois le quotidien vespéral en début d’après-midi, comme un Parigot dis donc. Ça me coûte six euros par mois au lieu de 27,70. Du coup, téléphone du service abonnements : « Alors, qu’est-ce qui ne va plus, vous nous quittez ? » Ben non ! J’explique : « Ah, c’est dommage, on tient beaucoup à l’abonnement papier, vous savez ! » Je pige mal la démarche. Surtout quand la page d’accueil écran me dit « Retrouvez toutes les sensations du journal papier, et en plus les avantages du numérique », avantages étalés sur toute la page. Doit-on alors se sentir coupable de naufrager la presse ?  Ou serait-ce que les patrons sont assez barjots pour accélérer son suicide ? Expliquez-nous un peu, les marquettingeurs !

>>>
A propos de marquettinge, lundi 13 novembre, prenant le train pour Paname, j’emporte mes provisions : Libé maigrichon, Le Monde, donc, et aussi La Provence. J’allais dire « ma » Provence et puis non, tiens, voyez ma déconvenue (pas nouvelle !) en trois temps : 1) Me séparer du cahier Sports. Pas mon truc, ces affres de stades, ces résultats « logiques », ces photos toujours les mêmes et ces titres ampoulés autour de l’OM « qui s’enfonce dans la spirale de la défaite »’ Donc, 12 pages au panier. 2) Pareil pour les 8 pages d’annonces et de pub. 3) Reste 12 pages, d’intérêt inégal, disons. Mais j’apprécie l’enquête de Thierry Noir sur les communes « étouffées par les plans de prévention », et un papier local sur la « sourcellerie ». Tout de même, à 0,90 euro, ça fait chérot la tranche de jambon gras (qui noircit les pattes comme une chaîne de vélo). C’est vrai, je suis pas le bon client me diront-ils au quotidien marseillais. Est-ce bien sûr ? Un effort, quoi, un peu de pêche, du dérangeant, du lèse-Gaudin et autres majestés locales ! Et puis aussi, cette mise en page « Troisième république »…

Marquettinge toujours. À TF1 cette fois. Je m’en fous plutôt, mais cette nomination d’un dirlo de la com’ à la tête de l’info du groupe… ben c’est toute une époque qui s’exprime là en plein PAF. La com’ a pris le pouvoir sur l’info. Pas que chez Bouygues. Pas que chez Lagardère et autres fils-à-papa financiers et médiatiques. Partout. La guerre a été perdue par les journalistes et l'information le jour où il a été plus avantageux de faire un ménage qu’un article. Exemple ? Bibi et son enquête pour Marianne qui – si elle passe ! – va culminer… allez à 400 euros. Au moins quatre jours de boulot, sans parler des milliers d’heures de vol dans le métier – l’expérience, quoi. Laquelle expérience me rapporterait deux fois plus en une seule journée de média-training dans une boîte – soit huit fois plus !

On en est là, le reste relevant désormais de la mythologie du journalisme, celle des "grands seigneurs" masquant les hordes de traîne-misère. D’un côté, un Guillaume Durand qui, palpant des millions*, n’en rechigne pas moins à payer des impôts sur ses indemnités de licenciements. Indemnités qui, par leur énormité, disent toute l’indécence : et de cette profession marchandisée, et de cette société du même tabac. De l’autre toute une piétaille de mercenaires corvéables – je pense en particulier aux jeunes journalistes, et plus encore à ceux qui, de plus en plus nombreux, rêvent toujours de le devenir.

J’épingle Durand, mais s’il fallait égrener le chapelet de ce genre d’ignominies ! Tiens, tout frais sortie des gazettes, l’indemnité qu’Alain Genestar, ex patron de Match, négocie pour crime de lèse-Sarkozy (la couv’ sur les aventures de madame): près de 2 millions d'euros selon Hachette Filipacchi. Je vous le dis, ça rapporte, ces affaires de com’ qui n’ont rien à voir avec le journalisme – selon moi, hein, et c’est pour ça que Marianne va me payer (peut-être) à coup d’élastique. Mais le plus drôle, dans le genre, c’est que Genestar est viré pour "dérive déontologique". J’hallucine.

Quoi d’autre ? Ah oui : là, c’est la franche poilade, trouvée dans Libé du jour [18/11/06] sous la forme d’une brève en bas de colonne, perfidement titrée « Bonne nouvelle ». Je recopie : « Mercredi, François Bachy, chef du service politique de TF1, a été (bien) élevé au grade de chevalier à l’Ordre national du mérite ». En effet, un journaliste qui accepte « ça », c’est bien qu’il l’a mérité. Encore bravo à ce chevaleresque confrère, sans peurs ni reproches. Un vrai serviteur qui honore son Bouigues de patron et même son pays. Et économique avec ça: une médaille. Lagardère et Rothschild bavent d'envie.

Et quoi encore ? La reprise de Libé, comme on le dit des chaussettes, par l’attelage du baron Rothschild et de Joffrin. Non pas Joffre. Pas Jospin non plus. Jo-ffrin, libérateur proclamé de Libération qu’il veut faire rouler à gauche toute. Avec un attelage réduit, of course (à Longchamp). L’un ne veut plus lâcher de blé – la noblesse a ses limites –, l’autre va donc rationner le picotin et balayer les écuries. Et Libé va renaître de ses cendres. Vivement Noël, qu’on y croie.

Bonne nouvelle quand même. Politis a engrangé son million d’euros pour se remettre en course. Les pauvres n’ont pas beaucoup de sous, mais ils sont nombreux. Et généreux. Un million, pfff !, n’était l’honneur, suffisait de quêter auprès d’un Durand ou d’un Genestar – des radins, je parie.

––––
* Condamné le 12 octobre par la cour d'appel de Paris à six mois d'emprisonnement avec sursis pour ne pas avoir déclaré 3,2 millions de francs (480.000 euros) de sa prime de départ de 5,8 millions de francs (880.000 euros) touchée de Canal+ après son éviction de "Nulle Part ailleurs". Déjà été condamné en 2001 pour fraude fiscale à quatre mois de prison avec sursis. Il doit 1,8 million d'euros au fisc.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Ponthieu - dans Suites de "c'est pour dire"
commenter cet article

commentaires

Jean Louis 22/11/2006 03:42

(Au bas de chaque article, l’abonnement au Monde papier est proposé à 15 € mensuel, tu te faisais avoir.) Cela dit, bonne question que je me pose également. Moi aussi, mon attachement plus que trentenaire au papier se délite. Moi aussi j’ai Le Monde tous les soirs pour 6 €, je complète gratos le matin, sans quitter mes pantoufles, avec Rezo.net. Et j’ai pris l’habitude de copier-coller les articles qui m’intéressent et de les archiver dans mon ordinateur, je ne sais d’ailleurs pas où je mettrais des archives papier.J’ai bien deux abonnements (Politis, depuis le numéro 1, et Regards) mais « c’est autre chose ».Et un troisième, Télérama.Télérama, je ne l’ouvre quasiment jamais. Mais j’utilise régulièrement les fiches cinéma de leur site Internet, et j’ai des scrupules.Pour combien de temps encore ?Nous sommes combien, aujourd’hui, à considérer qu’une véritable information passe par un travail journalistique que nous devons rétribuer ? Nous serons combien dans dix ans ?Et, pour compléter la suite de ton papier (version longue, dans C’est pour dire + - tu devrais peut-être mettre les commentaires sous les deux versions, la light et la + ; et c’est vrai que les ornements de la + ne facilitent pas la lecture…) pour compléter, donc, combien les patrons de presse, rémunéreront-ils les journalistes-soutiers qui rempliront leurs tuyaux ? Si toi, trente ou quarante ans de carte (tu corrigeras) tu rames pour te faire payer 400 € pour quatre jours de travail, il rame combien de temps pour gagner 50 € le journaliste de 25 ans ?

christian 20/11/2006 12:41

Salut GérardIntéressant papier mais, justement, le papier peint en fond est fatigant à la lecture, t'aurais pas plus léger ? Toujours le problème du fond et de la forme !KenavoChristian