Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2006 7 17 /12 /décembre /2006 22:09
Entre Clearstream et VSD, Denis Robert morfle

La justice a parfois besoin de lampistes. On dirait qu’elle s’en offre un avec le journaliste et auteur Denis Robert. Non seulement il est mis en examen dans l’affaire Clearstream, mais il a aussi été condamné pour diffamation envers la caisse de compensation internationale basée à Luxembourg. Le journaliste dénonce un acharnement « incompréhensible », qu’il tente cependant d’expliquer dans le texte suivant, où il met en cause le « bidouillage » de ses propos par l’hebdo VSD:

>>>
« Le jugement me condamnant […] pour propos diffamatoire est incompréhensible tant par la lourdeur des sommes mises à ma charge que sur le fond et sur le précédent qu'il crée. Les journaux et agences, informés par les avocats de mon adversaire, ont annoncé que Clearstream venait de gagner un procès en diffamation contre moi et que j'étais condamné à 1500 euros d'amende pour avoir dit à VSD le 24 mai dernier que la multinationale ayant son siège à Luxembourg était “le poumon de la finance parallèle”. Tout est faux dans cette information. D'abord ma condamnation est beaucoup plus lourde. Je dois verser 1500 euros de dommages et intérêts à Clearstream, 2000 euros à Richard Malka, l'avocat de Clearstream et 4000 euros en frais de publication.Ce jugement est exécutoire. Cela signifie que même si je fais appel, et je ferai appel, je dois payer. Et je paierai.


« Par ailleurs, je n'ai pas été condamné pour la raison évoquée plus haut. Il suffit de comptabiliser les milliers de comptes ouverts par Clearstream dans la quarantaine de paradis fiscaux qui figurent dans les listes de mes livres pour trouver ce jugement encore plus incompréhensible.

« Si j'avais dû me défendre, j'aurais au moins amené ces documents. Mais je ne me suis pas défendu sur le fond. Je n'avais aucune raison de le faire, puisque je n'avais pas accordé d'interview à VSD. Mon avocat a plaidé cela. Le texte publié par VSD est en effet le fruit d'un bidouillage et l'a été sans mon accord. Les mots de cet article ne sont pas les miens. Je ne l'ai découvert que plusieurs semaines après sa publication. La condamnation d’hier incroyablement lourde est le fruit d'une réflexion juridique très alambiquée. Le président du tribunal a jugé que comme je ne m’étais pas opposé à cette publication, je la cautionnais. Ce qui n'est pas le cas. D'où mon effarement aujourd'hui. […]»

« […] VSD a publié sans mon accord cette fois un second entretien réalisé à partir des scories du premier, avec une titraille accrocheuse et des photos prises de l'intérieur de Clearstream . "Voyage au coeur de la lessiveuse" Etc.. Le journaliste (ou son rédacteur en chef), dans la frénésie de l'affaire, inventent questions et réponses, font des coupé-collés avec des passages de mon livre Révélations, ciblent sur le fonctionnement de Clearstream alors que l'entretien de départ était plus politique. Envoyé, c'est pesé !
« C’est pour ce simulacre d'interview que j'ai été condamné […]. Il en va ainsi de cette affaire Clearstream. Je paie aujourd'hui pour ma liberté de parole. Clearstream va utiliser jusqu'à la corde ce jugement dans tous les procès qu'ils m'intentent. Des médias, en nombre, peu informés, ont déjà publié la nouvelle de cette condamnation sans chercher à comprendre.
Quand je m'exprime sur ce dossier, on me met en examen ou on me poursuit quasi systématiquement. Quand je ne m'exprime pas, on me condamne. Quelle alternative me reste-t-il ? »

Denis Robert est poursuivi depuis cinq ans, notamment par Dominique de Villepin, pour ses révélations sur les activités de la société Clearstream. Ancien journaliste à Libération, il est l’auteur de deux livres (« Révélations » et « La boîte noire »), ainsi que de deux documentaires diffusés sur Canal + consacrés à l’opacité de l’activité de la société luxembourgeoise.

Le site de Denis Robert et son comité de soutien.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Ponthieu - dans Suites de "c'est pour dire"
commenter cet article

commentaires