Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 22:00

Brisons les dogmes : Vive Iter… au Japon et les JO… à Athènes !

In-sup-por-table suspens ! Comment allons-«nous» tenir jusqu’au 6 juillet, date de la décision du Comité olympique ? Comment allons-«nous» – aussi – tenir le coup dans l’attente de l’autre décision, celle qui concerne Iter, vous savez ce grand Vistemboire technologique censé nous fournir l’« énergie des étoiles » ?

Vistemboire : cherchez pas, ni chez Larousse, ni chez Robert. Le mot se trouve dans La Bête mahousse, un bouquin de Jacques Perret, années cinquante ; ça désigne tout et rien – surtout rien. Enfin, pour Iter, ça fera béton-neutrons-pognon. Les effets ? Hypothétiques, à part un chantier pharaonique, un chamboulement régional (c’est là que je vis…) sans doute supérieur, en proportions, à celui des JO à Paris. Oser élever la voix du doute sur ces tabous relève de l’apostasie tant le dogme est absolu, absolutiste, absolutaire… [c'est-à-dire : se taire absolument…].

Inutile d’ajouter que presse, journalistes et médias confondus font preuve là-dessus d’un Unanimisme majuscule qui va jusqu’à tsunamiser la gente écologiste. C’est pire encore que pour la mort du pape. Et pire que pour le référendum que l’on sait. Bref, Iter et les JO, on touche pas : c’est du sacré. D’où ce premier couplet sacrilège, aujourd’hui sur les JO.

Vive les Jeux Olympiques… à Athènes !

L'image « http://cbesnou.free.fr/jo/LaFlammeOlympique.jpg » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs. par Christian Le Meut

Beaucoup de boucan a été fait au début du mois de mars 2005 à propos de la venue à Paris d’une délégation du Comité international olympique. Paris est sur les rangs pour organiser les jeux 2012, en concurrence avec Madrid, Londres, New York et Moscou... Une délégation a circulé dans un Paris quasiment en état de couvre-feu pour ne pas qu’elle voit les manifestations qui avaient lieu ce jour-là. Et télés et radios de chercher à savoir si les délégués étaient contents de leur séjour, s’ils avaient bien mangé, si tel clignement de l’oeil pouvait être interprété comme un signe favorable... Même le président Chirac s’est prosterné devant les délégués... Un grand moment d’unanimité médiatico-nationaliste.


Et ces syndicats, quels inconscients ! Ils n’avaient même pas cru bon d’annuler leurs manifestations ! Quasiment des traîtres à la patrie. Ils ne se rendent pas compte de l’enjeu. La venue des JO créeraient 40.000 emplois en France et occasionnerait 35 milliards d’euros de retombées d’ici 2019, d’après mon journal quotidien... Et tout cela risquait d’être raté à cause de manifestations d’inconscients, pour de misérables augmentations de salaires...

Car c’est le paradis, que promettent les JO. Rendez-vous compte, 40.000 emplois... Bon, sur les deux millions et demi de chômeurs que comptent la France, ce n’est pas grand chose... Mais ceux qui n’auront pas trouvé d’emplois pourront au moins regarder les JO à la télé ! Et puis pensez à cette moisson de médailles en or que nos champions vont rapporter ! Bon, c’est vrai, là encore, on reste dans l’hypothèse...

Mais quand même, 35 milliards d’euros de retombées, mesdames, messieurs... D’où vient ce chiffre trouvé dans un journal, je ne sais pas, mais j’en ai trouvé d’autres dans Courrier international du 10 mars dernier. Un article d’un journal grec y est traduit en français. Il fait le bilan des JO d’Athènes qui ont eu lieu l’été dernier...

Le coût total des JO s’est élevé à neuf milliards d’euros au lieu des quatre milliards prévus... Or les caisses de l’État grec sont vides, d’après ce journal... Seuls 10% des sites olympiques grecs “sont aujourd’hui utilisables à des fins commerciales”. Certains stades sont transformés en refuges pour sans-abris, d’autres plus ou moins en décharge...

Et puis la grande fête populaire a été plutôt un flop. Les Athéniens eux-mêmes ont été incités par les autorités locales à quitter la ville pour laisser la place aux visiteurs, éviter de créer des embouteillages et une pollution supplémentaire. Ils sont partis à la campagne regarder les JO à la télé... Mais il y a eu moins de visiteurs que prévus. Certains touristes ne sont pas venus car, un mois avant le début des JO, les journaux du monde entier parlaient encore des installations non terminées. Certains étrangers ne sont pas venus par peur des attentats alors même que des mesures de sécurité importantes ont été mises en place pour un coût largement supérieur à ce qui était prévu...

Et tout ça pour quoi ? Deux des champions grecs parmi les plus connus ont été exclus dès le début des épreuves suite à un contrôle antidopage positif... Un vrai psychodrame national

Tout cela ressemble un peu à un flop olympique, dont on a peu entendu parler lors de la venue de la délégation en France... Mais dites-moi, messieurs Chirac, Delanoë et consorts, les millions que l’on consacre à une participation hypothétique à des JO aux retombées économiques également hypothétiques, ne pourrait-on pas les consacrer plutôt à bâtir des écoles ? Des bibliothèques ? Des lieux où débattre et philosopher, comme les Grecs anciens ? Car la Grèce n’a pas donné au monde occidental uniquement les Jeux olympiques, elle a aussi inventé la philosophie, et une forme de démocratie. Deux choses autrement plus importantes que des médailles en chocolat.

Alors non, moi, je ne vote pas pour Paris. Ailleurs les JO ! Partout ailleurs, mais pas à Paris. Le CIO va donner sa décision finale ces jours-ci. Je n’ose imaginer le psychodrame si Paris n’est pas choisie... D’où ma suggestion qui arrangerait tout le monde : Pourquoi ne pas refaire les jeux à Athènes, et définitivement, histoire de rentabiliser les investissements faits par la Grèce et de renflouer les caisses publiques grecques ? En voilà une idée qu’elle est bonne. Allez les Grecs !

→ Afin de regrouper les commentaires, merci de "poster" les vôtres sur "C'est pour dire".

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian Le Meut - dans Suites de "c'est pour dire"
commenter cet article

commentaires