Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 22:39

Strip-tease marseillais (hommage à l’émission de la télé belge et sur France 3)

Avec tout ce qui se passe à l’heure actuelle, c’est pas croyable, on n’a pas encore fermé toutes les drogueries ! Regardez celle-là, en pleine rue, rue Paradis à Marseille – ça ne s’invente pas. Et en vitrine, les produits les plus hard, voyez de plus près, avec des tue-mouche, morts-aux-rats et autres scorpionicides. Hallucinant. J’en ai profité pour gagner les plages du Prado, les plages Mendès-France et Gaston-Defferre, ça délasse des Gaudin-Sarkozy.


















En fait, que je vous dise, j’étais parti pour un visa au consulat d’Algérie, qui ferme à 13 heures 00, pas à
13 heures 05, mon heure à moi. D’où la droguerie, juste en face, pour me remonter le moral. Puis la mer, en passant par Florence. La preuve : le David de Michel-Ange (photo à l’appui). Je déconne. C’est pour ceux qui ne connaissent pas Marseille, qui s’est offert une réplique, on a les moyens qu’on peut. Ça me rappelle le mot de Picasso qui, lui, avait les moyens : il venait de se payer un château, là tout près à Vauvenargues (il y est enterré), au pied de la Sainte-Victoire (le Venturi comme disent les laïcards comme moi – c’est l’appellation d’origine) ; et je ne sais plus à qui il disait au téléphone :
«  – Je me suis payé la Sainte-Victoire…
«  – Une toile de Cézanne ?
«  – Mieux : l’originale ! »
Bien. Je quitte le David et son beau cul pour aller poser le mien sur les caillasses censées prévenir les prochains tsunamis. Personne n’y croit, hein. Ni le kayakiste à l’entraînement qui se fait souffler dans les oreilles de derrière depuis un zodiac sonorisé, qu’on l’entend jusqu’au Frioul : « Tiens-toi droit ! Redresse la tête ! Putain ton axe ! ». Ni le mimile venu tendre sa gaule pour escagasser la sardine. Ni cette paire d’amoureux sous hormones. Ni moi d’ailleurs, plongé dans les «Aventures africaines» de Ryszard Kapuscinski – ceux qui suivent mes blogs savent forcément ; les autres peuvent se rattraper – ça s’appelle « Ébène » (Pocket, pas cher).

Peu après, je me retrouve dans le seul rade du coin, la cafétéria de Casino. Les vieux qui ne sont ni à la sieste, ni à l’hospice, ni à l’hôpital sont tous là (Hein ? Oui, mais moi, j’ai une excuse…) Je prends un jeton, puis le café au distributeur et déploie mes esgourdes en direction des bourdonnantes chroniques. Le flair auditif… m’amène à régler ma fréquence vers « Mamounette » – c’est la plus vieille – et sa fille (cent cinquante ans à elles deux, ou pas loin). C’est à jet continu ; je note comme une bête à l’affût (que je suis) ; de plus elles s’en foutent et je mettrai des «bips» sur les infos sensibles… Je vous laisse placer la pointe d’accent marseillais. Voilà :

« – Le Paulo, faut qu’il parte au plus tôt ! Il est sous insuline. Moi comme une conne je lui ai porté de la mangue des biscuits tout ce qu’il aime mais qu’i peut pas manger - et ils veulent lui faire une opération esthétique ! à la fesse ! - je lui dis te laisse pas faire, i veulent te pomper ton pognon ! qu’ess t’en a à branler de l’opération esthétique - je lui dis à Paulo je t’en supplie refuse ! il a une pompe à insuline - et une autre à morphine - il a qu’à partir comme ça - une chirurgie esthétique ! - il a pas de femme pas d’enfants bien sûr - sa mère elle est Alzheimer - il voulait voir Nénette avant de mourir, on lui interdit - Paulo il n’a jamais fait de mal à personne - Mamounette : je vais finir à ne plus croire au bon dieu ! où il est, dis ?! - le curé d’Aubagne est venu le voir - faut attendre la mort.

«  – Mamounette : Qu’il se finisse alors…
«  – Maman ! il a pas les moyens de se suicider !

«  – Qu’on lui donne des pilules !
«  – Maman ! Qui va lui donner des pilules ? A l’hôpital ? Mais on n’a pas le droit, c’est la prison ! - Je me suis pris le coin du meuble ce matin, je me suis ensuquée ! - Moi il m’arrive ça, comme à Paulo : j’arrête ! Il m’a dit ce matin « moi la paralysie je l’accepte, mais en fauteuil roulant pour aller-venir » - là il est allongé, il a plus de défense, plus rien, il a pris des microbes dans son escarre ; il va de 37 à 41 - et ils veulent l’opérer esthétique !!! - Et l’autre là, la lèche-cul qui lui fait ses courses - une brosse à dents à 50 euros ! tu parles ! le pomper oui ! - Et mon con de René là i fait rien pour vendre l’appartement – si je le vois je sais pas ce que je lui fais ! – i fait tout pour pas le vendre – à Paulo il lui a même pas souhaité le bon bout d’an ! c’est l’argent – I se dit il est malade, alors l’appartement…

« – Mamounette : Les gens sont égoïstes…
[court silence]
«  – La Nénette, elle veut pas dormir près de lui – Marcel téléphone jamais c’est pourtant son frère – Philippe il lui a dit à Nénette que sa sœur est morte – mais elle a pu sa tête – Marcel i s’en fout – c’est trop dur de faire un numéro de téléphone – moi ça me fait bondir ! – Baptiste a été vacciné – je vais chercher le café Mamounette »
« – …en ce moment il fréquente une Dorine
« – …O…rine ?
«  – DO-rine ! DorémifasollasiDO-rine !
«  –… ah, c’est joli comme prénom…
«  – Ça doit être italien ça – oh oui, c’est pas un prénom français ça ! [court silence] Qui y a de bon, à part moi ? Toi ? Tous des rigolos ! Marcel i s’en fout - Philippe pareil - Nénette a pu sa tête - y a pu qu’ moi ! »

>>> Les photos sont chronologiques et synchrones…

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Ponthieu - dans mon oeŒil
commenter cet article

commentaires

la pie 11/02/2008 17:30

Il y a encore des drogueries à Marseille et pas seulement dans des quartiers périphériques. Elles se sont raréfiées comme ce qui est précieux. Marseille est incroyable tout simplement. Non les caillasses entassées au bord de l'eau ne sont pas là pour propéger les humains mais pour loger les rats bien dodus. Ils sortent la nuit et profitent de tout ce que les baigneurs, les amoureux de la mer ont laissé plus les poubelles des restaurants. Pour les voir faut aller se poser au bord de la belle bleue devenue la belle noire.Une amoureuse de marseille