Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2005 4 21 /07 /juillet /2005 22:00
Médias et politique. Le Monde a bien le droit de rouler pour Sarkozy. Mais…

Y a pas que les médias dans la vie… Y a aussi la politique*. Aujourd’hui, j’ai comme une envie de ça, la politique. Pour en jaser, hein. Car il y a matière à. Et en plus je pars des uns pour aller à l’autre, alors…

Par exemple, mais pas par hasard, je pars du Monde pour allez à Sarkozy. Le journal de référence semble nous rejouer la Balladurienne en retentant le diable avec son jeune lieutenant d’alors. Tant qu’à faire, soyons « résolument modernes » et misons sur le meilleur bourrin du moment. Pas un jour, ou presque, sans que la chiraquie n’en prenne plein la tronche ; c’est vraiment haro sur le baudet. Et Plantu n’est pas en reste ! Même s’il se paie Sazkozy en Iznogoud assassin, il n’en demeure pas moins que l’idée suit son chemin – selon le principe de naturalisation, très à l’œuvre, justement, dans la machinerie médiatico-politique –, selon laquelle le successeur « naturel » est en place. Pratiquement pas un dessin qui ne sacralise le couple infernal, dans toutes les positions que fournit, d’abondance, l’agitation du ministre-président de l’UMP.

Soit, pour un Plantu qui prend le train de la rédaction en marche – son talent ne saurait cependant tout excuser. Mais la rédaction et, plus en amont sur ce chapitre, la direction mènent conjointement une étrange campagne, ma foi fort peu journalistique. Pour avoir lu quelques ouvrages très critiques sur le quotidien du soir, on (je et quelques autres…) ne va pas s’en étonner outre mesure. S’en offusquer, oui, toujours ! Au nom de l’éthique professionnelle dont Le Monde aime à se référer – la « référence ».

Alors :
– Pourquoi cette manchette plein pot du 14 juillet «Sarkozy exploite l’affaiblissement de Chirac». Ah, oui? Et avec la complicité de qui? Titre + Plantu + 4 appels aussi meurtriers : l’addition est salée. Non pas que j’aie pu virer chiraquien ! Je m’en tiens à mon credo, qui justifie ce blog et quelques décennies de métier… qui ne prouvent rien en soi, certes, mais qui tentent de questionner, tout de même, sur ce foutu métier d’informer. Je dis « foutu » à la fois en dégoût et en admiration toujours mobilisable, comme cela m’arrive encore.

Diable sait si je suis pour l’engagement citoyen ! Mais pas dans sa forme masquée, derrière le faux-nez de l’information-prétexte. Car, je parle ici, non pas des éditos signés de Jean-Marie Colombani, ni des homélies nucléocrates d’un Alain Minc, président du conseil de surveillance du Monde [« Le nucléaire, une chance pour la France » 22/07/05]. Non, il s’agit bien des articles dits informatifs qui se transforment en tribunes politiciennes. Alors…

– … Pourquoi aussi ce titre de une : « Sarkozy et Danone : ni passivité ni nationalisation rampante » [22/07/05] ? Cela alors que la page Entreprises / capitalisme [sic] ouvre sur «Thierry Breton appelle à calmer le jeu» – ce qui valait bien l’autre banalité mise à la une…, et alors que le papier sur Sazkozy est placé en dessous dans la page 9. De plus, il s’agit d’une interview, c’est-à-dire d’une démarche voulue par la rédaction, délibérée. Pourquoi aller questionner un ministre de l’intérieur sur le yaourt et le coca ? Pourquoi pas ? Surtout s’il s’était agi de cuisiner le chantre du libéralisme de choc pris au piège du tout-marché ? Mais non, ça cause « technique ». Un vrai choix politique, donc.

– Pourquoi encore, et je m’arrêterai là pour aujourd’hui, avoir à ce point privilégié la énième visite du même Sarkozy en Corse ? Je serais tenté de remonter à la genèse de la particulière corsitude « mondaine »…



J’en resterai à l’article du jour qui traite ce déplacement comme s’il s’agissait de celui d’un premier ministre, sinon du président : « A Ajaccio, après une rencontre avec des élus à la préfecture en début d'après-midi, il devait présenter, devant la collectivité territoriale de Corse, "les grandes orientations de la politique de l'État en matière de développement économique et d'aménagement du territoire" , a précisé le ministère. Outre les questions "de la Corse au regard des fonds européens"  et celle de la propriété face au système des indivisions, le ministre devait évoquer le "plan exceptionnel d'investissement (PEI) de 2 milliards d'euros sur cinq ans". Il souhaite en "renforcer les moyens techniques et administratifs pour rendre le partenariat - avec l'État - plus efficace". » Un peu plus loin : « Les nationalistes […] attendent de M. Sarkozy des engagements concrets en faveur de l'agriculture ou de l'université de Corse. Le ministre de l'intérieur devait annoncer le déblocage de 19 postes d'enseignants-chercheurs pour l'université de Corte. »

Certes, le ministre de l’intérieur a rang de ministre d’Etat… doublé d’un président de parti. Est-ce une raison pour lui dérouler un aussi complaisant tapis rouge ?

Pour résumer : Le Monde a bien le droit de rouler pour l’un ou l’autre politicien. Mais le droit des citoyens – ses lecteurs, entre autres – à l’information exigerait que ses responsables éditoriaux assument leurs choix de manière visible et donc lisible. Comme des responsables, en somme.

––––
* L’original est de Coluche : « Y a pas que le sexe dans la vie, y a aussi le cul »

→  Afin de
les regrouper, merci de "poster" vos commentaires sur "C'est pour dire".

Partager cet article

Repost 0

commentaires