Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2005 5 16 /09 /septembre /2005 22:00
Petit mausolée
pour « mes » morts de l’été


A quoi je joue là ? Morbido, vieillissant, les deux ? Toujours est-il que, à partir de ma revue de presse estivale, j’ai eu l’idée de dresser la liste de «mes» morts, ceux qui m’ont marqué d’une façon ou d’une autre. Vont ainsi manquer à l’appel : Claire Quilliot, François-Xavier Verschave, Pierre Michelot, «Lucky» Thompson, Ibrahim Ferrer, El Chocolate, Albert Mangelsdorff, Constant, Maurice Baquet, Claude Simon, Alain Bombard, Françoise d'Eaubonne, Robin Cook, Vlady.

Je ne voudrais pas virer au palmarès mais, pour moi, la plus poignante des morts, c’est celle de Claire Quilliot, retrouvée noyée, vendredi 12 août, dans l'étang de Tyx, sur la petite commune de Saint-Avit (Puy-de-Dôme). Elle avait 79 ans. Rappelons-nous, c’était la veuve – malgré elle – de Roger Quilliot, l’ancien ministre
du logement (1981-1983) et maire PS de Clermont-Ferrand. Tous deux, le 17 juillet 1998 avaient voulu se suicider ensemble. Lui mourut, mais elle, réanimée par les secours, lui avait survécu.


Dès lors, elle était devenue une sorte de porte-parole du droit au suicide, fidèle à la conviction qu'avait exprimée Roger Quilliot, inquiet de la dégradation de sa santé, dans une lettre-testament: « Nous comprendra-t-on, s'interrogeait-il, si je dis que notre choix commun de la mort volontaire à deux est un acte à la fois de liberté et d'amour de la vie dans sa plénitude ? » Il ajoutait : « Puisque de toute façon la mort gagne, tant vaut-il l'affronter ensemble et debout, vivants, puisqu'il faut l'être pour affronter la nuit. »

« Notre lettre d'adieu, que tous deux nous trouvions si claire, ne devait sans doute pas l'être assez », avait par la suite estimé Claire Quilliot. « Nous ne l'avions pas écrite pour avoir notre nom dans les journaux mais pour témoigner à deux que la mort peut se regarder en face, qu'elle est l'aboutissement normal de la vie, qu'au lieu de subir les féroces caprices du Destin, le temps de la retraite venu, il est loisible de préférer choisir soi-même le jour et l'heure. Un message de confiance, en somme ; d'autant que par la même occasion nous prouvions, sans y avoir songé, que l'amour peut durer plus de cinquante-trois ans. »

Dans ses dernières années, Claire Quillot avait écrit un essai sur Primo Levi et les raisons de son suicide (Odile Jacob, 2004). Roger, lui, fut un grand connaisseur d’Albert Camus (de l’homme et de ses écrits), dont il avait préfacé et enrichi l’édition de ses œuvres dans La Pléiade. C’est lors de la parution du livre que j’avais eu l’occasion de le croiser lors d’une conférence à Lille, invité par la promotion Albert-Camus, la mienne, de l’École de journalisme.

Je poursuis l’appel de mes absents :

François-Xavier Verschave, le pourfendeur de la politique de la France en Afrique, est mort le 29 juin, à l'âge de 59 ans. Il était l'auteur de plusieurs ouvrages dont “La Françafrique” (1998), “Noir Silence” (2000), “Noir Chirac” (2002), “On peut changer le monde” (2003) et tout récemment “Négrophobies” (2005). [Lire l’article].

Le contrebassiste Pierre Michelot, mort le 3 juillet à 77 ans. Prix Django-Reinhardt de l'Académie du jazz en 1962, il se lie à un trio au succès international : Play Bach, du pianiste Jacques Loussier, avec Christian Garros (batterie). Il tourne et enregistre avec Daniel Humair (batterie) et Urtreger, sous le nom de Trio HUM. Il joue son propre rôle dans le Round Midnight de Bertrand Tavernier (avec Dexter Gordon), enregistre avec Toots Thielemans, joue au Village Vanguard avec Escoudé (guitare) et Hank Jones (piano), et accompagne Claude Nougaro avec son trio attitré (Maurice Vander, piano ; Bernard Lubat, batterie).

Le saxophoniste américain Eli «Lucky» Thompson est mort le 30 juillet, à Seattle, âgé de 81 ans.

Le chanteur cubain Ibrahim Ferrer, mort le 6 août à La Havane. À 78 ans, il venait de se produire sur la scène de Jazz in Marciac.

El Chocolate, « cantaor » flamenco, mort à Séville le 19 juillet, 75 ans.

Albert Mangelsdorff, compositeur et tromboniste allemand, figure du free jazz européen, mort à 76 ans le 25 juillet, à Francfort.

L'artiste néerlandais Constant Anton Nieuwenhuis, dit Constant, est mort le 1er août à Amsterdam. Né le 21 juillet 1920, il était un des membres fondateurs du groupe Cobra puis de l'Internationale situationniste.

Musicien, comédien, humoriste, alpiniste, l' «homme au violoncelle», Maurice Baquet, est mort le 8 juillet à 94 ans. Musicien, comédien de cinéma, de théâtre et de music-hall, humoriste loufoque et montagnard accompli – n’avait-il pas descendu le Mont-Blanc à ski en jouant de son violoncelle ?, signe indéniable d’un esprit élevé.

L'écrivain français Claude Simon, Nobel de littérature en 1985 et figure du Nouveau Roman, mort le 6 juillet, à Paris, à l'âge de 91 ans.

Alain Bombard, naufragé volontaire en 1952, spécialiste de la survie en mer, mort le 19 juillet, à Toulon. Il avait 80 ans. [Lire l’article]

Françoise d'Eaubonne, écrivaine et pionnière du mouvement féministe des années 1970, Françoise d'Eaubonne est morte le 3 août à Paris. Elle avait 85 ans. [Lire l’article]

Robin Cook, ancien ministre des affaires étrangères britannique, est mort le 6 août, lors d'une randonnée en Écosse. Il était âgé de 59 ans. Il avait démissionné du gouvernement en 2003 pour protester contre la guerre en Irak. «Pourquoi est-il devenu si urgent que nous engagions une action armée pour désarmer une capacité militaire qui existe depuis vingt ans, et que nous avons contribué à créer?», avait-il alors demandé, s'attirant les acclamations d'une bonne partie de la Chambre des communes. Adversaire avoué de Blair, il était resté député travailliste (centre-gauche) de Livingston, dans le centre de l'Écosse.

– Le peintre mexicain Vlady est mort dans son atelier de Cuernavaca (Mexique), le 22 juillet, à 85 ans. Fils de l'écrivain Victor Serge et des révolutions du siècle passé, Vladimir Kibaltchich – son vrai nom – était l’un des plus grands muralistes mexicains de l'après-guerre. Il avait été un témoin des tragédies politiques de l'entre-deux-guerres aussi bien que des espérances libertaires. [Je l’ai interviewé pour France Culture vers 1980-85, sans que le montage fut réalisé ; le document doit figurer dans les archives de l’INA.]

Notez que si vous lisez ces lignes il est fort probable que vous soyez en vie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ponthieu - dans mon oeŒil
commenter cet article

commentaires

Philippe 17/09/2005 23:46


J'ai été trés ému moi aussi de la mort de Claire Quillot... Quand j'ai entendu la nouvelle, j'ai pensé, enfin, elle y est arrivée..
J'espère que France 2 repassera le film trés émouvant où elle racontait sa démarche, et qui avait été diffusé il y a 2 ou 3 ans...