Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2005 7 18 /09 /septembre /2005 22:00

Cette note provient du site de la section de Toulon

de la Ligue des droits de l'homme

la police, la justice

et les deux poètes

vendredi 16 septembre 2005

Condamnés pour avoir diffusé un témoignage sur des violences policières ...

Un site pour être tenu au courant : http://www.remue.net/article.php3?i....


Deux poètes rangés viennent de prendre 3 000 € d’amende pour diffamation. Le premier, parce qu’il avait relaté sur son site le tabassage d’un pauvre hère à Montpellier, croyant de son devoir de s’en mêler (refusant le circulez-y’a-rien-à-voir). Menottes, garde à vue, nuit en cabane. Le second, pour avoir transcrit sur son propre site la mésaventure du premier. Ils se nomment Brice Petit, agrégé de l’université, directeur de revue, et Jean-Michel Maulpoix, professeur des universités, poète et écrivain, tous deux relaxés du grief d’outrage à agents, mais condamnés pour avoir diffusé un témoignage sur des violences policières. Le pauvre hère était-il gitan ? Aucun intérêt.

Francis Marmande [Le Monde du 15 septembre 2005]

Le Canard enchaîné du 14 septembre 2005. - 27.1 ko

Le Canard enchaîné du 14 septembre 2005.

" Quand une intervention verbale comme celle qu’a risquée Brice Petit face aux forces de l’ordre le 29 avril 2004 n’est à l’évidence dictée ni par la passion ni par le désir de nuire, et quand le texte qui la rapporte ensuite pour en décrire les conséquences n’a à l’évidence pour objet que d’alerter l’opinion sur des abus, peut-on dire que la société soit menacée ? Plutôt que de jeter le discrédit sur les forces de l’ordre, un citoyen a légitimement souhaité faire entendre ce que chacun est en droit d’attendre de leur action. Juridiquement discutable son geste n’est-il pas celui d’un citoyen responsable ?

" Nous n’avons rien de bon à attendre d’un monde où chacun garderait frileusement le silence, ou n’ouvrirait la bouche face aux autorités qu’en présence de son avocat. "

Jean-Michel Maulpoix  [1]

« La garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc instituée pour l’avantage de tous et non pour l’utilité particulière de ceux à qui elle est confiée. »

Article 12 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789

[1] Né à Montbéliard, le 11 novembre 1952, Jean-Michel Maulpoix est l’auteur d’ouvrages poétiques et d’études critiques sur Henri Michaux, Jacques Réda, René Char, ainsi que d’essais généraux de poétique (entre autres : La Poésie malgré tout, La poésie comme l’amour et Du lyrisme). Jean-Michel Maulpoix dirige la revue trimestrielle de littérature et de critique Le Nouveau recueil (éd. Champ vallon) Il enseigne la poésie moderne et contemporaine à l’Université Paris X - Nanterre. Il a été président de la commission d’aide à la création poétique du Centre national du Livre jusqu’en mars 2003.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

HerbeDeProvence 15/04/2007 00:14

ils n'ont pas été condamné pour avoir décrit des violences policières, mais pour les avoir inventé, ce n'est pas du tout la même chose. Il s'agit là de diffamation.
quand cesserez vous à la LDH vos approximations mensongères et votre haine anti-flics?